Plateaux Sanofi : vue d’ensemble avenue Raspail Gentilly

 

 

 

METIERS D'HIER, PROFESSIONS D'AUJOURD'HUI

 

Des origines aux années 1980

 

 

 

Jusqu'au XVIIe siècle, la paroisse de Gentilly est essentiellement rurale même si le village connait les prémices d’une première industrialisation avec l'exploitation des carrières qui est attestée dès le XIIIe siècle.

 

Toutefois, la Bièvre demeure le moteur de sa véritable industrialisation avec l'installation des blanchisseries et des métiers du cuir.

 

 
C'est durant la décennie 1895-1905 que Gentilly, comme la plus grande partie des communes de la banlieue parisienne, connaît son plus fort rythme de développement industriel et ce, jusque dans les années qui suivent la seconde guerre mondiale.

 

 

 

Mais, avec les nouvelles lois favorisant la décentralisation, Gentilly comme toute la région parisienne connaît l'amorce de son déclin industriel au cours des années 1960.

 

 
Les ateliers de production disparaissent progressivement mais la ville conserve un patrimoine économique qui se transforme.

 

Les emplois offerts par les nouvelles technologies, les arts graphiques, le tertiaire équilibrent le potentiel économique de la ville durant les années 1980.

 

 

 

En 1993 la Maire Carmen Le Roux qui préfacera la brochure 66 pages consacrée à l’histoire des métiers et des professions qui se sont développés à Gentilly au cours des quatre derniers siècles écrira :

 

«  C’est pourquoi nous marquons à Gentilly notre volonté de promouvoir l’implantation

 

d’entreprises de production liées aux besoins d’une industrie moderne, performante, créatrice d’emploi stables (…) comment ne pas voir dans l’évolution de tous ces métiers

 

de leur modernisation la reconnaissance d’une culture populaire dont nous sommes toutes

 

et tous les héritier -es »  

 

 

 

Samedi 24 février - 18 heures, conférence de Madeleine Leveau Fernandez.

 

25 rue Jean Louis, Gentilly, local de la Société d’Histoire, 1er étage entrée libre.    

 

Conférence de Madeleine Leveau Fernandez :

 

La Maison de la Photographie Robert Doisneau.

 

 

 

 

À l’occasion des 80 ans du photographe Robert Doisneau, une grande fête est organisée en son honneur à Gentilly, ville où il est né le 14 avril 1912. C’est ce jour-là que Robert Doisneau donne officiellement son nom à la future Maison de la Photographie.

 

Le choix du lieu s’était porté sur un bâtiment datant du XVIIIe siècle, probablement l’une des maisons parmi les plus anciennes de la commune.

 

Construit sur un terrain situé à l’emplacement du domaine des Jésuites, domaine qui deviendra celui de la Tour Ronde, propriété de la duchesse de Villeroy, le bâtiment est complètement en ruine, il exige alors une rénovation complète.

 

Au début du XXe siècle, la maison devient un hôtel garni- meublé qui portait le nom de la rue dans laquelle il se trouvait : l’Hôtel du Paroy. 

 

La Maison de la Photographie, inaugurée le 24 février 1996, est un lieu d’exposition temporaire mais elle n’abrite pas l’œuvre du photographe. En explorant la photographie humaniste dans ses pratiques actuelles, elle rend hommage à Robert Doisneau qui a été,en son temps, aux côtés de Willy Ronis, Edouard Boubat, Izis et Emile Savitry, l'un des principaux représentants du courant de la photographie humaniste française.

 

 

 

Samedi 27 janv. 18 h, collège Pierre Curie, 25 rue Jean Louis, 1er étage.

 

(entrée libre)

 

Conférences 2018
Télécharger le programme de 2018
SHG-Conférences 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 281.7 KB